leblogdetoinon13

25 juin 2018

LUNDI EN CHANSONS

 

Aujourd'hui j'ai envie de vous parler de VIANNEY

Vianney Bureau dit Vianney, né à Pau le 13 février 1991, est un auteur-compositeur-interprète français. Il remporte la veille de ses 25 ans le trophée d'Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016. Son premier album Idées blanches est certifié disque d'or. Vianney grandit avec des parents mélomanes. Écoutant son père chanter à la guitare des chansons de Georges Brassens, François Béranger, Maxime Le Forestier ou même Rickie Lee Jones, Vianney se découvre une passion pour la chanson dès ses 12 ans et commence dès lors à écrire des chansons. Il grandit à Paris et entre au collège Notre-Dame-des-Oiseaux dans le 16e arrondissement ; il en écrira une chanson du même nom, présente sur son premier album Idées blanches. Il entre ensuite au lycée militaire de Saint-Cyr, où il passera trois années. Après son baccalauréat, il entre en 2009 à l'ESG Management School de Paris pour trois années d'études. Il étudie ensuite le stylisme à l'École supérieure des arts et techniques de la mode (ESMOD) et en sort diplômé en juin 2014. Il explique son parcours scolaire par son « envie de vivre des trucs différents », et estime que ces expériences lui ont « ouvert l'esprit, socialement et artistiquement ». En 2011, Vianney rencontre Isabelle Vaudey, sa manageuse actuelle. C'est elle qui l'encourage à dévoiler ses chansons au grand public, et lui fait rencontrer Antoine Essertier, le réalisateur d'Idées blanches. Ensemble, Antoine Essertier et Vianney enregistrent Idées blanches dans les montagnes d'Auvergne, non loin de Vichy, durant deux semaines de l'été 2013. L'album réalisé, Vianney signe sur le label Tôt ou tard en février 2014. Il sort un premier single, Je te déteste (clip de Nicolas Davenel), avant l'été 2014 et s'ensuivra son premier album Idées blanches le 20 octobre de la même année comprenant douze chansons. À la faveur de cette parution, Vianney promeut son deuxième single, Pas là dont le clip est réalisé par Nicolas Bary et dans lequel apparaît Lola Bessis. Cette chanson s'impose comme le propulseur de Vianney. Il assure le première partie de 30 concerts de la tournée « Vieillir ensemble » de Florent Pagny, puis celles de Cats on Trees, Dick Annegarn - qu'il présente comme sa principale influence idole -, Shaka Ponk, Julien Clerc, et Johnny Hallyday. Pour sa première date parisienne, en janvier 2015 au Café de la Danse, Vianney crée la surprise en chantant un duo avec Samaha, chanteuse du groupe Shaka Ponk. Depuis, il aime à inviter d'autres artistes à chanter avec lui, et a partagé la scène avec des gens tels que Louane, Joyce Jonathan, Tété, BigFlo & Oli, Maxime Le Forestier, Gérard Lenorman ou encore avec le groupe haut-pyrénéen Boulevard des Airs, en concert à Pau et Toulouse. Son goût pour les duos s'est aussi exprimé en télévision, où il chante avec Alain Souchon, Jain, Sheila, Thomas Dutronc, Yael Naim ou encore Patrick Bruel. Le 27 janvier 2015, il remporte le « Prix Talents W9 2015 » des mains de Julien Clerc sur la scène de La Cigale, après une compétition de prestations en direct. Il est nommé aux Victoires de la musique 2015, dans la catégorie album révélation de l'année. Un an après, aux Victoires de la musique 2016, il remporte le trophée dans la catégorie Artiste interprète de l'année

VIANNEY "Je m'en vais" aux Victoires de la Musique 2017

Maitre Gims et Vianney - La Même (La chanson de l'année 2018)

Vianney - Moi aimer toi

Posté par marietoinon à 07:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]


22 juin 2018

ROQUEFORT LA BEDOULE

Roquefort La Bédoule est une petite bourgade située entre la Méditerranée et les sommets de la Sainte Baume et du Garlaban.

Sa position stratégique à mi chemin entre Aubagne et Cassis et à deux pas de Marseille vous permettra de découvrir toute la richesse des paysages de la côte bleue, de ses calanques sauvages mais aussi de visiter les musées de Marseille, faire un peu de shopping et goûter la célèbre bouillabaisse marseillaise

.

Dépendance de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille pendant des siècles, le village de Roquefort, créé au VIIe siècle, se développe sur les crêtes dominant les baies de La Ciotat et Cassis.

Roquefort devint le refuge de la population de l'Antique Portus Carsicis, entre le Ve et XIIe siècles, fuyant en particulier les raids des sarrasins. Un ensemble complet avec les remparts d'une forteresse du XIe siècle, une première église Saint-Jean-Baptiste, une chapelle Saint-André du XIIe siècle établie sur un piton voisin et les ruines du village sous les fortifications témoignent aujourd'hui encore de ce village fortifié. On connait l’existence de cette église par sa dédication à Saint Jean-Baptiste par le pape Grégoire VII en 10791.

Le 4 avril 1402, à Brantes, au pied du Ventoux, en présence de son épouse Alix des Baux, Odon de Villars fit donation à son neveu Philippe de Lévis des fiefs de Brantes, Plaisians et leurs dépendances, des seigneuries de Saint-Marcel, Roquefort, le Castellet, Cassis et Port-Miou, dépendantes de la baronnie d’Aubagne, ainsi que de La Fare-les-Oliviers, et Éguilles. Son neveu, en contrepartie devait lui servir de caution vis-à-vis de Raymond de Turenne quant au respect d’un accord passé entre le vicomte, lui et son épouse Alix. Au cas où Alix et Odon n'observaient pas les termes de l'accord, ces derniers devraient payer 50 000 florins à Raymond de Turenne2,3.

Roquefort fit partie de la Seigneurie de la famille des Baux jusqu'en 1426, puis des évêques de Marseille (1474), enfin de la famille d'Albertas (1569).

Descendu dans la plaine et développant une activité agricole, le bourg de Roquefort vit dans l'apanage du marquis de Villeneuve de son activité agricole et viticole. Le nouveau centre du village est édifié dans les années 1730, la maison commune est construite en 1734 et la nouvelle église, bâtie avec les matériaux de la précédente après que monseigneur de Belsunce eut célébré la dernière messe, est consacrée en 1737.

La commune est définitivement constituée par la réunion de plusieurs communautés ou fiefs parmi lesquels le territoire de Julhans en 1789 et celui de La Bédoule en 1837, où résidaient les carriers.

 

Au XIXe siècle, au carrefour des quatre routes entre Aubagne, La Ciotat, Cuges-les-Pins et Cassis, au hameau de La Bédoule, un second centre villageois se développe. Peu à peu, un village se crée, hébergeant les ouvriers d'origine italienne travaillant dans la cimenterie de Cassis.Voici les photos que j'ai pu prendre du village, la suite dans un autre article la suite sera plus belle promis

DSCN6605

DSCN6607

DSCN6606

DSCN6611

DSCN6613

DSCN6614

DSCN6608

DSCN6610

DSCN6609

DSCN6615

DSCN6616

DSCN6612

DSCN6617

 

Posté par marietoinon à 09:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2018

BALADE AU PORT

Aujourd'hui je vais vous parler du port de LA SEYNE SUR MER.Née de la séparation avec Six Fours (1658), le petit port de La Seyne était avant tout un quartier annexe de Six Fours, qui permettait aux pêcheurs de profiter des conditions exceptionnelles dont bénéficiait cet emplacement : abri du vent, haut fonds poissonneux, terres fertiles … La population et le village grandissant, La Seyne obtînt  son indépendance grâce au cardinal Mazarin. Cette vocation maritime ne quittera plus La Seyne car dès 1530 un port est creusé pour les bateaux.
1711, date du premier chantier de construction naval en bois grâce à la forêt du Cap Sicié, puis en 1835, création de la Société des Forges et Chantiers de la Méditerranée (construction métallique). En 1859, arrivée du chemin de fer (Paris – Lyon -  Marseille) qui permettra d’accélérer la cadence de construction et qui débouchera sur la réalisation du Pont Levant (1917) afin de désengorger le port de La Seyne.  La Société est mise en liquidation en 1966 mais après d’énormes vagues de contestations sociales, un repreneur crée la société Construction Navale et Industriel de Méditerranée (C.N.I.M) qui fermera ses portes le 28 février 1989. Ce passé a fortement marqué l’identité de La Seyne puisque des générations de seynois se sont succédées aux chantiers : plus de 1400 unités (paquebots, bateaux de guerres, sous-marins, plateforme pétrolière …) y ont été produites. Voici les photos que j'ai prises

DSCN6373

DSCN6374

DSCN6375

DSCN6376

DSCN6377

DSCN6378

DSCN6379

DSCN6380

DSCN6381

DSCN6382

DSCN6383

DSCN6384

DSCN6385

 

DSCN6386

DSCN6387

DSCN6388

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par marietoinon à 07:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

11 juin 2018

LUNDI EN CHANSONS

Aujourd'hui je vais vous parler de cette chanteuse si jeune qui a vécu des moments difficiles et dont les chansons me parlent, je veux parler de

LOUANE.

Anne Peichert est née le 26 janvier 1996 à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Orpheline après le décès de ses parents, elle se présente en 2008 à l'émission L'Ecole des stars où elle parvient en demi-finale. C'est sous le nom de Louane qu'elle concourt en 2013 au télé-crochet The Voice : la plus belle voix. Une nouvelle fois, Louane arrive jusqu'à l'avant-dernière marche de la compétition. Sa prestation est néanmoins remarquée par le réalisateur Eric Lartigau qui lui confie le rôle de Paula dans le film La Famille Bélier qui sort sur les écrans en fin d'année 2014.


Ce rôle touchant d'une jeune chanteuse issue d'une famille de sourd-muets la révèle auprès d'un public conquis. Les chansons de Michel Sardou qu'elle interprète dans la bande originale du film se retrouvent classées au top des ventes. « Je vole » est ainsi numéro deux des ventes en décembre 2014. Dès lors, la carrière de Louane s'emballe avec la sortie de l'EP Avenir qui contient le tube du même nom. Louane Emera, son nom d'actrice au générique de La Famille Bélier, sort l'album Chambre 12 en mars 2015 et a remporté le César de meilleur espoir féminin le 21 février. Au générique de son premier disque figurent les noms de Patxi Garat et de Dan Black de The Servant

Live Louane - Si t'étais là

Live Louane - On était beau

Louane - Maman

Posté par marietoinon à 10:10 - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 juin 2018

LES ANGLES LE VILLAGE

La ville Les Angles dans le Gard est située sur un plateau qui domine le Rhône, en face d'Avignon. Dotée d'une localisation exceptionnelle, tout près de la nouvelle gare T.G.V. avignonnaise, cette ville de 7 754 habitants qui s'étend sur une superficie de 1 177 Ha est en pleine expansion et attire dans sa zone industrielle très active de nombreux partenaires économiques (sociétés, et habitations nouvelles)es Angles est situé à 3,5 km Villeneuve-lès-Avignon, 8 km d'Avignon, 23 km du Pont du Gard, 28 km des Gorges du Gardon, 34 km d'Uzès

Sur la rive droite du Rhône, aux portes d’Avignon, Les Angles était il y a quelques dizaines d’années un lieu de villégiature. Les avignonnais « montaient » au cabanon pour le week-end. Les cabanons ont été remplacés par des zones pavillonnaires.
Cependant, au sein de cet urbanisme galopant la cité recèle un bijou : le Vieux Village, âprement défendu par ses « gaulois ». Perché sur sa falaise, le Vieux Village (bâti à compter du XIVè) ravira les amoureux de vieilles pierres : église gothique Notre Dame de l’Assomption, four banal, tour des Mascs, théâtre de verdure et un magnifique panorama sur la vallée du Rhône.Voici d'abord les photos du vieux village que j'ai pu prendre.Puis celle de l'église fermée je n'ai pu prendre que l'extérieur, bon je vous livre çà pêle mêle,sur la première photo nous avons pu garer la voiture et continuer à pied

DSCN6474

DSCN6475

DSCN6476

DSCN6477

DSCN6471

DSCN6472

DSCN6473

DSCN6469

DSCN6470

DSCN6462

DSCN6463

DSCN6452

DSCN6461

DSCN6466

DSCN6456

DSCN6454

DSCN6453

DSCN6457

 

DSCN6455

 

DSCN6458

DSCN6459

DSCN6460

n'ayant pas pu voir l'intérieur je vous montre une photo prise sur le net, j'espère y retourner un jour et voir l'intérieur ouvert!

44679

DSCN6464

DSCN6465

DSCN6467

DSCN6468

je finirais cet article par le lavoir du village des Angles

Lavoir qui a eu une grande activité jusqu'au milieu XXe s., où les lavandières se retrouvaient pour leur lessive.

DSCN6478

DSCN6479

DSCN6480

DSCN6481

DSCN6482

 

 

 

Posté par marietoinon à 07:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :