Éliane Branchard était la fille de René Marcel Branchard, qui exerçait la profession de mécanicien électricien et de Victorine Dupond. Elle grandit à Argelès-Gazost, chanta dès son plus jeune âge et prit des cours de danse à Tarbes. Elle épouse, le 6 octobre 1939, à Argeles-Gazost, Maurice Jean Bangratz qui exerçait la profession de dessinateur1. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le couple s'installe à Paris2.

Elle prend des cours de chant avec Paulette Vétheuil qui lui écrit la musique de « Au chant des mandolines », le premier disque qu'elle enregistre en 1947. Elle commence à chanter dans des cabarets comme Le Drap d’Or et à participer à des galas en France et en Belgique3.

En 1949, Éliane Embrun enregistre « Congo » et « Si j’étais une cigarette », sa chanson fétiche, et remporte le Prix Lucienne Boyer grâce à la chanson « Qu’il était doux », dont le texte avait été écit par Henri Contet avec qui elle est liée plus de dix ans3 et qui est le père de sa fille Dominique1.Elle enregistre alors accompagnée par les meilleurs orchestres comme celui de Raymond Legrand ou celui d'Albert Lasry. Elle participe alors à des tournées au Liban, en Belgique, au Brésil, en Égypte2.

En 1950, elle se produit dans le cadre de la caravane publicitaire du Tour de France2, et divorce cette même année1. La même année elle participe aussi au film Quai de Grenelle, d'Emil-Edwin Reinert, en réalisant les parties chantées du personnage de « Simone Lamy » qui est joué à l'écran par Françoise Arnoul2..

Voici les deux chansons choisies pour ce dimanche oh c'est vieux tout çà je l'ai découverte cette interprète avec mes recherches j'espère qu'elle vous plaira

Eliane Embrun - Si J'etais Une Cigarette

Eliane Embrun - Valse perdue (1947)